Rodin et la photographie PDF

Si j’étais né il y a cent ou deux cents ans, j’aurais pu être sculpteur, mais la photographie est un moyen très rapide de voir, de faire une sculpture. -Robert Mapplethorpe Dans une interview donnée en 1987, juste deux ans avant sa mort, Mapplethorpe a expliqué que la photographie dans les années 1970 était le moyen idéal pour un temps rapide.


Auguste Rodin a, tout au long de sa carrière, entretenu un rapport passionné et encore méconnu avec la photographie. Bien avant tous les autres artistes, il a compris l’importance de fixer l’instant créateur. Soucieux de mieux faire connaître ses sculptures, il ouvre dès 1880 les portes de son atelier à de nombreux photographes tels Charles Bodmer, Victor Pannelier et D. Freuler. D’autres, comme Eugène Druet et Jacques-Ernest Bulloz, suivront eux aussi, quelques années plus tard, la genèse de ses œuvres : c’est un univers poétique qui émane de leurs images, parfois retouchées par Rodin au crayon et au pinceau. A cette profusion d’images documentaires succèdent, au début du XXe siècle, les visions plus personnelles des photographes pictorialistes. Stephen Haweis et Henry Coles, Jean Limet et Edward Steichen portent un autre regard sur son œuvre. Pour eux, la sculpture est un sujet d’interprétation et non de reproduction. C’est leur vision qui nous séduit, et plus seulement l’œuvre. Ces photographies, rassemblées ici ; pour la première fois, offrent un voyage inédit et inattendu dans l’œuvre de Rodin. Elles nous permettent d’en saisir les secrets et toute la diversité, des premières approches de l’artiste à la sculpture achevée.

Une performance spéciale du chorégraphe Joe Moran, répondant aux thèmes et œuvres présentés dans ce spectacle, sera présentée au public pendant l’exposition. Il espérait avoir un croquis prêt en novembre et compléter la sculpture en 18 mois. Le Wellcome Trust lui a décerné une petite bourse d’études en sciences humaines pour co-organiser une conférence en juin 2014 intitulée Collect, Exchange, Display: Artistic Practice et le musée médical du Hunterian Museum, à Londres.-}