Otages : la vérité (Documents) PDF

L’équipe de Bradley a eu peu de temps pour célébrer la libération de Padnos.


C’était devenu un rituel : à chaque sommaire du journal télévisé, on nous rappelait le nombre de jours écoulés depuis que Christian Chesnot et Georges Malbrunot avaient été enlevés, le 20 août 2004, en Irak.

L’auteur s’est rendu à Bagdad moins d’un mois après cet enlèvement. Il a pu rencontrer nombre de protagonistes irakiens, des enquêteurs, des diplomates. Il a également débrouillé l’« affaire Julia », du nom de ce député UMP qui a sponsorisé une étrange équipée destinée à faire libérer les otages, conclue par le fiasco que l’on sait.

Le New York Times du 18 septembre dernier écrivait sarcastiquement sous la plume de Roger Cohen : « Si Chirac n’arrive pas à faire libérer les otages, qui en sera capable ? »

C’est la question à laquelle ce document, écrit à chaud, s’efforce de répondre à l’heure de cette libération.

Auteur de la série SAS, Gérard de Villiers met à profit les crises qui éclatent dans le monde entier pour enquêter sur place et situer ses romans dans des points chauds, ce qui le conduit à en apprendre parfois davantage que les diplomates, les journalistes et même les envoyés très spéciaux…

Il a été tué aux Philippines par la « Nouvelle Armée Populaire » communiste sur les directions de Hanoi. Comme Hoyos me l’a dit: «Il n’y a rien de plus dangereux qu’une riche guérilla, et personne n’est plus arrogant que le commandant d’une riche force de guérilla. Bradley l’a décrit comme un spécialiste des médias sociaux.-}