OSS La guerre secrète en France : Les services spéciaux américains, la résistance et la Gestapo (1942-1945) PDF

En mars 1942, après avoir aidé à la défense de Toungoo, il reçut l’ordre de prendre compagnie de Karens pour rejoindre les officiers des SOE et leurs prélèvements sur la route menant de Toungoo aux États Shan du Sud.


Voici un livre qui bouscule les idées reçues et qui nous délivre une masse d’informations inédites sur un sujet qu’on pouvait croire épuisé par les spécialistes : la guerre secrète pendant la Seconde Guerre mondiale. L’OSS américain présente la singularité rarissime d’être un service secret improvisé en plein conflit par un belligérant, et qui de fait, a dû sans délai se montrer opérationnel, autant face à l’ennemi que devant les services britanniques parvenus dans cette même période à leur plus haut niveau d’efficacité. Vu de Londres, l’OSS pouvait apparaître audacieux et désireux de bien faire, mais on tenait les rênes courtes. L’auteur prend, pour la première fois dans cet ouvrage, le point de vue d’Alger. Tout semble alors différent, car en Afrique du Nord, l’OSS a les coudées franches. Jeune géant, suppléant à l’expérience manquante par une rare capacité d’improvisation, porté par une grand confiance en soi, il essuya des échecs, mais remporta des succès que des rivaux plus aguerris auraient pu lui envier. Son travail avec la Résistance française fut efficace, confiant, presque toujours dénué, au contraire des services britanniques, d’arrière-pensées politiques. Cet ouvrage, émaillé de personnages hauts en couleur, d’intrigues, de coups de théâtre, de trahison, d’actes héroïques, un pan de l’histoire souvent ignoré.

De plus, c’est à peu près à cette époque que la reine demande à Francis d’aider Robert Devereux, le comte d’Essex, à titre de conseiller. Il a servi avec le 1er Bataillon des Burma Rifles et doit être resté en Birmanie car il a été recruté sur le terrain par SOE le 1er juin 1943. Plan, contrôle allié et occupation de l’Allemagne (contrôle allié.-}