Les Intellectuels arabes en France : Migrations et échanges intellectuels PDF

Mais alors qu’il y a six mois, 11 Etats ont adressé un « carton jaune » à la Commission pour des réformes moins substantielles que celles que nous avons finalement réalisées, j’ai vu qu’en restant déterminés, nous avons réussi à apporter de véritables changements qui ne compromettent pas la libre circulation. des travailleurs dans l’Union européenne, mais qui corrige les ambiguïtés, les malentendus et les moyens de contourner nos propres règles communes qui ont abouti à une Europe dysfonctionnelle.


Dans les années 1950, à la suite des décolonisations, pour la première fois des intellectuels maghrébins et moyen orientaux prennent part, depuis la France, à l’élaboration des savoirs portant sur la culture dont ils sont originaires.
Qu’a impliqué ce détour physique et scientifique par le savoir de l’autre pour dire son propre monde ? Inversement, quelles ont été les conséquences de l’arrivée de ces intellectuels pour les savants français en charge de l’étude du monde arabe ?
Les migrations intellectuelles arabes introduisent ainsi à une réflexion plus large : sur ce qu’est une présence arabe en France que l’on ne peut pas réduire aux migrations économiques : sur ce qu’implique aussi le fait de parler aujourd’hui du monde arabe en croisant les points de vue des savants français et arabes.
L’ouvrage de Thomas Brisson, membre du laboratoire Printemps à l’université de Versailles Saint-Quentin-en-Yvelines, incite à penser les phénomènes actuels d’internatio­nalisation des savoirs de façon bien plus complexe que le font la plupart des observateurs.
Les lignes de partage intellectuelles entre l’Occi­dent et le monde arabe se reconfigurent à travers cette enquête sur les intellectuels arabes en France.
L’idée même d’une sépara­tion nette entre les mondes arabe et européen laisse place à une vision où les savoirs, via leur échange, leur critique et leur reprise, finissent par être partagés, et où les contextes locaux dans lesquels s’inscrivent les phénomènes de globalisation des cultures importent tout autant que le mouvement de mondialisation.

Premièrement, la décolonisation a provoqué le déplacement d’environ 300 000 migrants d’Indonésie vers les Pays-Bas (comme indiqué plus haut); environ 200 000 sont arrivés du Suriname et environ 90 000 des Antilles néerlandaises. Né en 1745, Ya’qub occupe une position élevée dans la ville d’Assiout avant la conquête française. Ce n’est pas un hasard si la «migration vers le Sud» commence au printemps.-}