Histoire des diocèses de France : Paris, tome 1 PDF

Et ainsi à chacun on a donné le nom d’un personnage illustre ou notable ici en France.


Depuis la monumentale Histoire de la Ville et de tout le diocèse de Paris de l’abbé Lebeuf, sans cesse remise à jour jusqu’en 1890, il n’existait aucune synthèse sur les dix-huit siècles de la « seconde capitale de la chrétienté » (G. Le Bras). Cet ouvrage collectif vise donc à combler une lacune en actualisant nos connaissances profondément modifiées par les récents travaux d’histoire religieuse désormais enracinés dans une socio-culture. Utilisant une masse d’informations répercutées dans les « orientations bibliographiques » en fin de volume, cinq spécialistes ont défini des thèmes révélateurs et accessibles à un large public. D’où la diversité dans les analyses, parfois très neuves, des fonctions de la capitale où s’interpénètrent le civil et le religieux, l’histoire locale et l’histoire nationale. Jusque dans son rayonnement international – culturel et spirituel – Paris, « ville à part », éclipse son espace diocésain longtemps incorporé à la province de Sens, avant d’être érigé en archevêché au XVIIe siècle. Politique, civilisation et foi illustrent les temps forts aussi bien que les pesanteurs et les convulsions d’une longue histoire décrite, ici, en quatre grandes séquences: des origines à l’an mil ; le Moyen-Age ; l’époque Moderne des XVIe-XVIIe siècles ; le temps des Lumières et des Révolutions. Les auteurs n’ont cessé de privilégier la vie religieuse des Parisiens. Car ce peuple de Paris, qui gronde et s’insurge lorsque les autorités politiques ou le haut-clergé prétendent disposer de son destin malgré lui, s’exprime dans une âme collective, modelée par les hauts-lieux fondateurs: Butte sacrée de Montmartre, abbaye de Saint-Denis, Mont-Valérien, Montagne-Sainte Geneviève, Notre-Dame, pôle des fastes liturgiques et populaires, des processions de sainte Geneviève, de saint Marcel, de Fête-Dieu. La ville aux 237 clochers réalise une symbiose assez unique entre la vie apostolique des moines mendiants et la vie mystique de ses couvents et monastères qui recrutent dans la France entière. Peut-être la clef de la ferveur des Parisiens est-elle, en définitive, dans l’accord intime et multiséculaire entre les curés et leurs fidèles. La géographie des paroisses, pratiquement stable du XIIIe siècle à la Révolution, façonne non seulement les gestes de la pratique mais aussi l’univers mental du Parisien. De la Ligue à la Révolution, c’est le Paris des paroisses et des confréries qui exalte ou défend obstinément son âme, à travers son patrimoine religieux. Illustration de la couverture

Keating présentait ainsi à ses lecteurs une idée de l’Irlande comme d’un royaume vraiment ancien, indépendant, exceptionnel en Europe de ne pas avoir succombé à l’influence romaine, et donc d’être plus prisé. La France consacre environ 6% du PNB à l’éducation publique, ce qui est légèrement supérieur à la moyenne des pays de l’OCDE. L’église a interféré; il fit rugir ses tonnerres, déclarant que c’était Satan lui-même qui soulevait ainsi le diable dans les tables, et ayant formellement interdit au monde de tourner, il défendait maintenant aux fidèles de tourner des tables, des chapeaux, des cerveaux ou des vaisseaux énormes.-}

Histoire des diocèses de France – Paris – Tome 1 PDF

Similiter nos, Johannes episcopus 181 et capitulum Dolensis ecclesie ipsa originalia cum sigillis, verbo ad verbum fideliter hic transcripta diligenter inspeximus, et auduimus.

Continue reading