50 Ans de vie politique française : Le débat sur la fin de la Ve République PDF

Face à la catastrophe, l’expression de Cambronne est pour Hugo « Peut-être le meilleur mot jamais prononcé par un Français. » Comme le soutient Hugo, « Après ce carnage, avoir le rire de côté est immense. » 44 Cela signifie, pour Hugo, sortir du la barbarie de l’histoire comme vainqueur.


Librio documents est une série d’ouvrages synthétiques qui permettent d’appréhender l’histoire du XXe siècle et du monde contemporain à travers ses enjeux sociaux, politiques, économiques et culturels. Des textes essentiels à mettre entre toutes les mains !
«Toute société dans laquelle la garantie des droits n’est pas assurée ni la séparation des pouvoirs déterminée, n’a point de Constitution.» (Article 16 de la Déclaration des droits de l’homme et du citoyen du 26 août 1789)

Depuis près de cinquante ans, le devenir de la Ve République alimente le débat politique. Cette question est même devenue un enjeu électoral majeur. Faut-il vraiment changer de Constitution ? Et pourquoi ? Quel serait le visage d’une VIe République ?

À la veille de l’élection présidentielle de 2007, Bruno Perreau décrit les rouages du système politique français, sa place en Europe et dans le monde, ses mutations et permanences. À partir d’une sélection de textes de philosophes et hommes politiques, d’entretiens inédits et documents institutionnels, il pose un regard critique sur nos institutions et invite à mieux comprendre les enjeux de leur possible réforme.

Bruno Perreau est maître de conférences à Sciences-Po Paris où il enseigne le droit constitutionnel. Il nous livre ici un document synthétique et complet.
www.librio.net

Et bien sûr, le déclin du centre-gauche a laissé de nombreux électeurs, notamment issus de la classe ouvrière, sans domicile politique. Mais ceux-ci ne dominent pas seulement les échelons supérieurs de la bureaucratie et la gestion des plus grandes entreprises: ils fournissent le noyau de la classe politique elle-même. L’effet moral devrait être si bon que la perte de la vie devrait être réduite au minimum.-}